Félix Heimendinger, mon arrière grand-père et ses descendants

Sixième génération

 

Salomon HEIMENDINGER (Sosa n° 20) 

Né le 26 janvier 1815 à Grussenheim (Acte de naissance folio 1 verso). Il est le fils d’Henri Heimendinger et de Sara Weil.

 

Il est marchand de bestiaux.

 

Il s'était marié en 1845 avec Jeanne Isaac (voir la page précédente), qui est morte le 25 août 1847 à Grussenheim à l’âge de 32 ans.

 

Il se marie le 1er mai 1848 à Muttersholtz (acte de mariage n°9) avec Barbe Henriette Jeannette Anna Lévy (Sosa n° 21) , née le 30 décembre 1917 à Uttenheim, fille de Feist François Lévy, marchand de bétail, et de Jeannette Nanette Meyer. Elle est morte le 23 septembre 1895 à Grussenheim.

Lors du mariage elle a présenté un acte de naissance au nom de Barbe née le 16 avril 1824.

Barbe Lévy avait été déclarée morte le 11 mars 1826 à l'âge de 2 ans.

Jeannette Lévy était née le 30 décembre 1817.....

 

Lors des naissances de Félix, Isaac, Raphaël, Salomon Heimendinger indique que la mère est son épouse Henriette Lévy puis elle est nommée Jeannette à la naissance de Sara. L'acte de décès est au nom d'Henriette.

 

Quatre enfants sont nés de ce couple : Félix (1850-1929), Isaac (1852), Raphaël (1854-1938)  et Sara (1857).

 

Salomon Heimendinger meurt le 1er mai 1893 à Grussenheim à l'âge de 78 ans. 


Septième génération

Autour de Félix qui tient le cheval, Rose, Jeanne avec  son chien, Alfred et à moitié coupée, Georgette. Ces deux photos datent des années 1903-1905

Félix HEIMENDINGER  

(Sosa n°  10) 

Né le 3 janvier 1850 à Grussenheim (acte de naissance n° 1). Fils de Salomon Heimendinger et de Barbe Henriette Lévy.

 

Il est marchand de chevaux.

 

Marié le 2 juin 1879 à Blotzheim (acte de mariage n° 10) avec Rosalie Rose Picard, (Sosa n° 11)  née le 27 septembre 1852 à Blotzheim (acte de naissance n° 58), fille de Jacques Picard et de Rose Rosalie Rein.

 

Six enfants sont nés de ce couple : Henri ; Georgette ; Alfred ; Camille ; Renée et Jeanne.

 

Il arrive à Paris avec sa famille au tournant du siècle, habitant dans le 10e arrondissement, rue du Château d’eau, puis rue de la Grange aux Belles. A la fin de sa vie il est domicilié à Enghien.

 

Félix Heimendinger meurt à Paris le 25 décembre 1929. (acte de décès n° 2986). Il avait 79 ans. 

 

Rose Picard est morte à Nice le 12 février 1913 (acte de décès n° 446) à 60 ans.

 

Elle y avait accompagné sa fille Jeanne pour soigner sa tuberculose.

 

Son corps est rapidement transporté à Paris et elle est inhumée au cimetière du Père Lachaise le 18 février 1913.

 

 

A Grussenheim un peu avant le départ pour Paris, derrière Georgette et Alfred, assise à gauche Rose, en noir Jeanne et en blanc Renée.... 

 

Au Père Lachaise,

le caveau de Félix Heimendinger

où ont été inhumés successivement

Rose Picard,

Jeanne Heimendinger,

Félix Heimendinger,

Moïse Flacsu,

Maurice Paikoff,

Alfred Heimendinger

et Marcelle Israël


Huitième génération

Henri HEIMENDINGER

 

Né le 9 août 1880 à Grussenheim (acte de naissance n° 27). Fils de Félix Heimendinger et de Rose Picard.

 

Il est assez grand, 1m79, châtain, de solide stature. (d'après le signalement sur sa fiche militaire).

 

Il est domicilié 19 rue du Château d'eau à Paris 10e.

 

Il est commerçant. 

 

Il est mobilisé à la déclaration de guerre et incorporé au 287e Régiment d’Infanterie avec son frère Alfred.

 

Le 29 et le 30 octobre 1914, devant Vailly, de durs combats où les unités françaises sont enfoncées par les allemands se soldent par de lourdes pertes : 801 soldats, officiers et sous-officiers. Dans le « Journal des marches et opérations » du Régiment les hommes perdus sont d’abord considérés comme disparus.

Il est d’abord considéré comme prisonnier puis son décès est acté mais son corps n’ayant pas été retrouvé il faudra un jugement du Tribunal de la Seine en 1924 pour établir son décès.

Son nom figure sur la plaque commémorative à le Synagogue de la Victoire.

Tué à Vailly (Aisne) le 30 octobre 1914, « Mort pour la France » à l’âge de 34 ans.

(Voir la page sur les Heimendinger dans la guerre).


Georgette (à gauche) avec sa sœur Camille
Georgette (à gauche) avec sa sœur Camille

Georgette HEIMENDINGER

(Sosa n° 5) 

Née le 27 septembre 1881 à Grussenheim (acte de naissance n° 26). Fille de Félix Heimendinger et de Rose Picard.

 

Elle est née dans la maison de la Obergasse (qui est devenue la rue de la Paix).

 

Arrivée à Paris avec son père et ses frères et sœurs en 1900 ou 1901, elle a toujours parlé avec un fort accent alsacien.

 

Elle épousera le 25 janvier 1910 (acte de mariage n°81) Moïse Flacsu, récemment naturalisé français. Moïse partira à la guerre en 1914 et sera tué en 1915.

 

Un enfant est né de ce couple, Roland Flacsu, mon père.

 

J'ai le souvenir d'avoir entendu mon père raconter qu'au lendemain de l'armistice du 11 novembre 1918, la  foule en liesse envahissait les rues de Paris, alors qu'elle, comme sans doute bien d'autres veuves, restait cloîtrée en pleurs parce que son mari ne reviendrait pas.

En 1919 (lors du mariage de sa sœur Renée), elle est domiciliée au 89 Faubourg Poissonnière. (sur l'acte de mariage de sa sœur son nom apparaît en tant que témoin comme étant Georgette Flacs, sans "u").

Elle habitera ensuite 2 rue Juliette Dodu, à l'angle du boulevard Magenta.

  

Georgette et Pierre Dreyfus en 1934
Georgette et Pierre Dreyfus en 1934

Veuve en 1915 elle se remariera le 18 septembre 1919 (acte de mariage n° 1894 - Paris 10e) avec Pierre Dreyfus, né le 20 août 1864 à Rixheim (acte de naissance n° 90), rentier et ils passeront beaucoup de temps en cures, louant un petit meublé à Vichy.

Ces cures et la recherche assidue du repos seront à l'origine d'une rupture familiale importante.

En 1944, son fils Roland, inquiet des risques de la vie à Lyon, lui a demandé d'accueillir Arlette, sa petite fille, dans le village où elle était réfugiée (à Eymoutiers dans la Haute-Vienne). Elle refusera parce que cela l'aurait fatiguée. (Pierrette, sa nièce, pense que ce refus venait de l’oncle Pierre, très soucieux de sa fatigue). Roland ne lui pardonnera jamais de n'avoir pas essayé d'épargner la déportation et la mort à sa petite fille.

Ces relations difficiles ont fait que je me souviens de ne l'avoir vue que de loin en loin pendant mon enfance. C'est vers 1965, son état s'étant beaucoup dégradé, que Roland l'accueillera à Lyon. Dépressive elle fera une tentative de suicide en se jetant dans le Rhône à la suite de quoi, elle sera  installée dans une maison de retraite médicalisée du COJASOR à Aix les Bains où elle mourra le 24 mai 1973 (acte de décès n° 196) à 92 ans.

 

Du côté de Pierre Dreyfus : 

La mise en ligne de cette histoire familiale m’a permis de rentrer en contact avec d’autres personnes descendant de Pierre Dreyfus. De quoi s’agit-il ?

 

Georgette Heimendinger s’est remariée en 1919 avec un homme veuf que connaissait son frère Alfred. Georgette ne pouvait pas vivre seule avec son fils, une minuscule pension de veuve de guerre et les maigres rapports de son activité de modiste.

 

Pierre Dreyfus avait 17 ans de plus qu’elle. Il s'était marié en 1891 avec Caroline Lévy qui est morte en 1917 et avec qui il avait eu quatre filles, Amélie, Germaine, Marthe et Marguerite. Il semblerait que deux d’entre elles, relativement aisées, aidaient leur père à boucler son budget.

 

Pierre Dreyfus et Caroline Lévy employaient du personnel de maison, dont Jeanne Pidault, que Germaine, Marthe et Amélie surnommaient affectueusement « Pagne ».

Jeanne Pidault met au monde un fils le 22 août 1908 qu'elle prénomme Roland. Son père n'est autre que Pierre Dreyfus. Sur l'acte de naissance Roland est inscrit "de père non nommé".

 

La famille de Roland Pidault possède quelques courriers. Dans une lettre de 1928, on apprendra que vis à vis de Jeanne et Roland, Pierre Dreyfus "ne veut pas se dérober à son devoir et le fera jusqu'au bout".

Dans un courrier de 1954, ma grand-mère préviendra Roland de la mort de son père survenue le 15 mars 1953.

 

J'ignore si mon père avait connaissance de cela. Pierrette, n'en a aucun souvenir.



Alfred HEIMENDINGER 


Né le 2 mars 1883 à Grussenheim (acte de naissance n° 12). Fils de Félix Heimendinger et de Rose Picard.


Il est assez grand, 1m71, très mince, avec une chevelure châtain tirant sur le roux.

Il arrive à Paris en 1901. Il est réintégré dans la nationalité française en 1911.

Avec son frère Henri, il fait venir à Paris leurs parents et leurs trois sœurs et ce sont eux qui prennent en charge la famille.

Il est domicilié 19 rue du Château d’eau dans le 10e arrondissement, puis en 1923, à Enghien, 12 rue du chemin de fer, en 1925, 49 rue de Cléry à Paris, puis 107 rue d’Aboukir. Pierrette évoque un bel appartement boulevard de Courcelles dans le 17e arrondissement.


Alfred est le soldat allongé par terre à droite
Alfred est le soldat allongé par terre à droite

Il est mobilisé le 2 août 1914 et rejoint le 287e Régiment d’Infanterie comme son frère. Il fait aussi partie des soldats disparus au soir du 30 octobre 1914. Mais lui a été fait prisonnier et il va passer quatre ans à Parchim ou au camp de Guestrow en Mecklembourg-Poméranie.

(la photo a été découpée par la censure allemande).

Alfred, Marcelle et leur fils Henri pour sa Bar Mitzvah en 1934
Alfred, Marcelle et leur fils Henri pour sa Bar Mitzvah en 1934

Marié le 14 avril 1920 à Paris 10e (acte de mariage n° 878) avec Marcelle Israël, fille d’Alfred Israël et d’Agathe Bloch, née le 8 mai 1894 à Verdun (acte de naissance n° 125). Marcelle Israël est morte à Montmorency le 25 avril 1981 à 86 ans.

 

Deux enfants sont nés de ce couple : Henri (1921-1984) et Pierre (1924-1964).

 

Alfred est négociant. Il vend des fins de stock , des soldes et atteint une réelle prospérité.

                                  

Alfred Heimendinger est mort le 19 avril 1943 à Limoges (acte de décès n° 741) à l’âge de 60 ans. Il est mort de maladie à Limoges où il s’était réfugié, sans avoir revu ses fils combattants dans les Forces Françaises Libres. Son corps a été transféré au Père Lachaise en 1946 et enterré dans le caveau familial.

 

Camille avec ses nièces Nelly et Pierrette
Camille avec ses nièces Nelly et Pierrette

Camille HEIMENDINGER

 

Née le 21 juillet 1885 à Grussenheim (acte de naissance n° 26). Fille de Félix Heimendinger et de Rose Picard.

 

Mariée le 12 novembre 1912 à Paris 20e (acte de mariage n° 1766) avec Moussa Isaac Paikoff, dit Maurice, glacier pâtissier, né le 1er janvier 1879 à Jérusalem (Turquie) naturalisé français le 16 octobre 1925 (décret 10277-25) fils de Mordohaï Paikoff et de Sarah Monson. Maurice Paikoff est mort le 11 juin 1939 à Neuilly-sur-Seine à l’âge de 60 ans.

Il s’installait comme pâtissier saisonnier sur la côte atlantique pendant l’été et vivait petitement de ces revenus toute l’année.

 

Un enfant est né de ce couple : Joselyn Paikoff

Camille Heimendinger est morte le 15 février 1944 à Auschwitz.

 

Renée HEIMENDINGER


Née le 27 février 1890 (acte de naissance n° 4) à Grussenheim. Fille de Félix Heimendinger et de Rose Picard.


Modiste.

Mariée le 3 juin 1919 à Paris 10e avec Léon Baracheck, marchand de chaussures, né le 28 octobre 1888 à Paris 11e, fils de Lazare Baracheck et d’Eugénie Bodislowski.

Léon Baracheck meurt le 19 août 1961 à Paris 10e à 72 ans.


Deux enfants sont nées de ce couple : Nelly Baracheck et Pierrette Baracheck.

 

Pierrette raconte des anecdotes intéressantes sur sa mère.

Renée avait été amoureuse de son cousin Marcel. Les deux adolescents s'envoyaient des lettres que Renée conservait pieusement. Mais Mathilde Sennet, la mère de Marcel, voulait que son fils épouse un meilleur parti.... Il partira à Shanghai où il fera fortune. Jusqu'à la guerre Renée conservera les lettres de son amour impossible... 

Lorsque le mariage de Renée avec Léon Baracheck fut convenu, les deux pères se retrouvèrent chez le notaire pour établir le contrat. Mais un désaccord survint entre Félix Heimendinger et Lazare Baracheck. Ils n'étaient riches ni l'un ni l'autre mais de caractères "sanguins" et le prétexte de la brouille était futile et concernait un élément du trousseau de la mariée. Ils décidèrent d'arrêter là le projet. Après avoir quitté le notaire ils se retrouvèrent autour d'un café pour ne pas se quitter fâchés. Et là Lazare Baracheck qui s'était calmé dit à Renée que c'était elle qu'il voulait pour bru, et ils sont repartis chez le notaire pour finalement conclure. Léon, le futur marié ne s'est jamais mêlé de l'affaire. Contrat établi le 2/6/1919 par Me Benoist, notaire. Parmi les témoins Alfred Heimendinger, négociant 19 rue du Château d’eau, Georgette Flacs,….


Léon Baracheck exploitait un magasin de chaussures boulevard Magenta.

Mon père y a commencé sa vie pro-fessionnelle.

Ce magasin sera pillé par un « administra-teur » pendant la période d’ « aryanisation » puis restitué en très mauvais état à la Libération.

Toute la famille a trouvé refuge pendant l'occupation à Libourne. En 2006, le couple René et Thérèse Boussat qui les avaient accueilli et cachés, ont été faits "Justes parmi les nations"...

 

Renée Heimendinger est morte le 25 février 1969 à Paris 10e à l’âge de 78 ans.

 

Ma grand-mère Georgette parlait toujours de sa « pauvre sœur » qui semblait être sa favorite dans la famille et cela agaçait beaucoup mon père qui lui demandait pourquoi « la pauvre » !

Portraits de Renée
Portraits de Renée

Jeanne HEIMENDINGER


Née le 4 décembre 1891 (acte de naissance n° 34) à Grussenheim. Fille de Félix Heimendinger et de Rose Picard.


Décédée en 1913, enterrée dans le caveau familial au cimetière du Père Lachaise.


Il semble qu’elle souffrait d’une santé fragile, notamment  d’une tuberculose.

 

 

 

 

Jeanne pose avec ses parents vers 1910

 



Neuvième génération

Roland FLACSU (Sosa n° 2) 

Né le 1er mars 1911. Fils de Georgette Heimendinger et de Moïse Flacsu.

 

(Voir la page sur les Flacsu).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

en photo Roland avec Georgette, sa mère.

Henri HEIMENDINGER

 

Né le 11 mars 1921 à Paris 10e (acte de naissance n° 1487). Fils d’Alfred Heimendinger et de Marcelle Israël.

 

Combattant dans les Forces Françaises Libres.

 

Marié à Strasbourg le 24 janvier 1946 avec Jacqueline Weill, née le 17 mai 1924 à Strasbourg, fille d’Alfred Weill et de Marthe Kahn.

 

Deux enfants sont nés de ce couple : Chantal Heimendinger et Bernard Alfred Heimendinger.

 

Henri Heimendinger est mort le 5 février 1984 à Montmorency (95) à l’âge de 62 ans.

 

Pierre HEIMENDINGER

 

Né le 15 mai 1923 à Paris 10e, fils d’Alfred Heimendinger et de Marcelle Israël.

 

Marié à Paris 3e le 1er juillet 1948 avec Pierrette Micheline Meyer

 

Pierre Heimendinger est mort à Villejuif le 26 avril 1983.

 

Les photos d’Henri et de Pierre Heimendinger les montrent en uniforme des troupes de la France libre.

 

Jocelyn enfant avec ses parents
Jocelyn enfant avec ses parents

Jocelyn PAIKOFF

 

Né le 19 février 1915 à Paris 20e. Fils de Camille Heimendinger et de Maurice Paikoff.

 

Pâtissier. Il poursuit l'activité saisonnière de son père.

 

Jocelyn a été arrêté avec sa mère Camille. Ils étaient domiciliés cité Magenta (comme les Baracheck). Ils sont internés à Drancy. 

 

Ils apparaissent tous les deux sur la liste des déportés du convoi 68 parti de Drancy vers Auschwitz le 10 février 1944.

 

Mais Renée Heimendinger-Baracheck, sa tante, qui était allée à l’Hôtel Lutétia lors des premiers retours de déportés en mai 1945 avait laissé des avis de recherche à propos de sa sœur Camille et de Jocelyn.

 

Renée a été contactée par une survivante.

 

Son témoignage confirmé par d’autres a permis d’établir qu’à Drancy, Jocelyn s’était révolté au moment du départ. Il a été roué de coups, frappé à mort par les gardes (gendarmes français) et Camille serait devenue folle après avoir assisté à l’assassinat de son fils. 

 

L’acte de décès établi par le Tribunal civil de la Seine indique que Jocelyn est mort à Drancy le 10 février 1944.

 

Mais des documents retrouvés par l'ITS (Bad Arolsen) montrent que Jocelyn Paikoff, détenu matricule n° 173866 à Lagischa, un sous-camp satellite de Auschwitz, a été l'objet d'analyses d'urine et de sang le 31 mars 1944 dans le cadre d'une présomption de Typhus...


Jocelyn Paikoff est mort, victime des nazis, mais probablement à Auschwitz ou à Lagischa, et pas à Drancy.

 

Nelly, Léa BARACHECK

 

Née le 25 décembre 1920. Fille de Renée Heimendinger et de Léon Baracheck.

 

Mariée le 12 décembre 1945 à Paris 10e avec Roger Léon Solovieff, né le 8 décembre 1907 à Paris 1er, fils de Isser Jacques Solovieff et de Renée Franck.

 

Renée Franck, la mère de Roger Solovieff était une des petites-filles de Marx Winter et d'Eve Waldhorn. Ils sont donc cousins un peu éloignés, mais ils ont du se rencontrer dans des activités familiales.



Très jeune, à 17 ou 18 ans, Roger Solovieff a repris la maison de couture créée par son père, alors en difficulté. Il a réussi à redresser l’affaire et à la faire prospérer.

 

Pendant l'Occupation, l'entreprise a été confisquée par des administrateurs mis en place par le Commissariat aux Questions Juives dans le cadre de la politique "d'aryanisation économique".


Pendant ce temps Roger Solovieff a développé une intense activité de résistance au sein du MNL dans les FFI.

 

  

Puis après la Libération il doit en découdre en justice face à Lucien Lelong, un « grand couturier » pour récupérer son affaire. 

Lucien Lelong
Lucien Lelong
fausse carte d'identité de Roger Solovieff
fausse carte d'identité de Roger Solovieff

Lucien Lelong avait été acquitté par un Tribunal en 1945, la cour ayant admis qu'il avait collaboré "au minimum" à la seule fin de préserver le patrimoine et l'emploi du personnel de la haute couture.

Bénéficiaire de l'affaire de couture de Roger Solovieff, "aryanisée", Lucien Lelong a tenté "au maximum" de poursuivre cette aryanisation..


Ensuite deux ans plus tard Roger Solovieff change d’activité pour créer un magasin de tissus rue du Faubourg Saint Honoré.

Deux enfants sont nés de ce couple : Michel et Martine.

 

Roger Solovieff est mort le 13 janvier 1977 à 69 ans.

Nelly est morte le 18 février 2013 à 93 ans.


Pierrette BARACHECK

 

Née le 17 février 1924 à Paris. Fille de Renée Heimendinger et de Léon Baracheck.

 

Pendant l'Occupation les Baracheck sont réfugiés près de Libourne, aidés par la famille Boussat qu'ils ont fait reconnaître comme "Justes parmi les nations". 


De santé fragile, Pierrette a été soignée pendant quelques mois dans une clinique à Ecully, dans la banlieue lyonnaise

C'est là qu'était réfugié Marcel Bloch (Dassault). Pierrette avait transporté quelques messages.

  

Mariée avec Eugène Abray (né Abramovitz) né en Roumanie, à Timisoara, dans une région magyarophone. Il avait quitté la Roumanie avait vécu un temps en Israël puis était venu à Paris. Il vendait des tissus d’ameublement et avait réussi à force de travail à atteindre une réelle prospérité.

 

Eugène est mort en 2001 à Paris.

 

Un enfant est né de ce couple : Franck.

Avec Eugène chez lui
Avec Eugène chez lui
Avec Pierrette en 2014
Avec Pierrette en 2014

Dixième génération


Arlette FLACSU,

née le 8 octobre 1939 à Lyon 6e, fille de Roland Flacsu et de Rose Jacob.

Elle a été déportée à Auschwitz avec ses parents et a été gazée à l’arrivée le 5 août 1944.

Voir la page sur Arlette

 

Pierre Gilles FLACSU (Sosa n° 1) 

né le 18 février 1948 à Lyon 6e, fils de Roland Flacsu et de Jacqueline Klein, marié avec Jeanine Philippe le 24 avril 1973, puis avec Annie Bentolila le 26 octobre 1992.

 

Jean-Yves FLACSU,

né le 17 octobre 1949 à Lyon 3e, fils de Roland Flacsu et de Jacqueline Klein, commerçant, marié avec Martine Brochier, décédé à Lyon en août 2013.

 

Chantal HEIMENDINGER

Née à Montmorency (95). Fille de Henri Heimendinger et de Jacqueline Weill.

Marié avec X. Lewandowski.

Deux enfants sont nées de ce couple : Camille Sarah Lewandowsky (1990) et Céline Héloïse Lewandowsky (1994).

 

Bernard Alfred HEIMENDINGER

Né le 26 décembre 1946 à Paris. Fils de Henri Heimendinger et de Jacqueline Weill.

Marié avec Danielle Régine Sylvaine Daresyl, née le 18 décembre 1947 à Paris.

Deux enfants sont nés de ce couple : Frédéric David Heimendinger (1977) et Audrey Sophie Heimendinger (1980).

 

 

Avec Dinah et Michel lors de leur mariage
Avec Dinah et Michel lors de leur mariage

Michel Jacques SOLOVIEFF

Né le 7 février 1949 à Neuilly-sur-Seine. Fils de Roger Solovieff et de Nelly Baracheck.


Marié avec Evelyne Singer. Divorcés.

Un enfant est né de ce couple : Cyril Solovieff. (1977)


Marié le 23 mars 2005 avec Dinah Attias.

 

 

 

Martine SOLOVIEFF

Née le 15 février 1952 à Paris. Fille de Roger Solovieff et de Nelly Baracheck.

Agent immobilier.

Mariée avec Didier Cuip, divorcée.

Un enfant est né de ce couple : Grégory Cuip.

Martine est morte en 2003 à l’âge de 50 ans. 

En 1992, de gauche à droite, Martine, Michel, Pascale et Franck.
En 1992, de gauche à droite, Martine, Michel, Pascale et Franck.

Franck Léon Max ABRAY

Né le 26 mai 1963 à Paris 12e. Fils d’Eugène Abray et de Pierrette Baracheck.

Marié avec Pascale, divorcé.

 

Une enfant est née de ce couple : Clarisse Abray.


 

Contact

pgflacsu@gmail.com

Tél : (33) 06.71.71.53.45