Flacs / Flacsu, à propos d'un patronyme étrange

J'écrivais dans la page qui précède que les recherches effectuées par le Professeur Ladislau Gyémant aux Archives d’État de Bucarest ont permis d'identifier les grands parents de Moïse, un oncle et une tante.

J'ignore s'il y a encore des descendants de cette famille en Roumanie, le nom de Flacsu m'est apparu fortuitement, porté par des joueurs professionnels de basket et de football.

Il semblerait que ce nom soit la romanisation par adjonction du « u » final de FLACS, nom de juifs autrichiens.

 

Au CGJ, Lisbeth Saraga et Daniel Vangheluwe m'ont apporté les précisions suivantes concernant le nom :

"Les noms roumains finissent très souvents en "scu" (Popescu, Ionescu,...). Les mêmes lettres sont dans un ordre différent dans le cas "Flacsu".

La lettre "u" à la fin des noms est un héritage de l'alphabet cyrillique utilisé en Roumanie jusqu'au cours du XIXe siècle. Elle est la transcription en écriture latine d'une lettre cyrillique finale muette. Elle a été abandonnée au cours du temps. Ainsi la prononciation des noms Aizicu, Sfartu et Volfu était alors Aizic, Sfart (Schwartz), Volf, comme aujourd'hui.

 

Je suis étonnée, ajoute Lisbeth Saraga, que le grand-père ait signé "Flacsu" lors de la naissance en France du père de Pierre-Gilles Flacsu."

L'examen détaillé des actes, en particulier des signatures, donne le tableau suivant (dans l'ordre chronologique des actes) :

L’acte de naissance de Moïse Flacsù, fils de Bercu Flacsu et de Fanny B Flacsu née Volfu est signé par la sage-femme et les témoins. (ci-dessus)

L’acte de mariage de la tante de Moïse, Toba Lupu Flacsu avec Iancu Lupu (le 25 septembre 1875 à Bucarest) est signé par Toba L Flacsu et par Lupu Flacsu. (ci-dessus)

L’acte de mariage de l’oncle de Moïse, Leibu Flacs, avec Pepi Moscovici (le 25 janvier 1878 à Bucarest) est signé par Leibu Flacs et par ses parents Volfu et Toba Flacsù. (ci-dessus)

L’acte de naissance de Marcus Flacs, (le 21 février 1892 à Bucarest), cousin germain de Moïse, fils de Leibu, est signé par Leibu Flacs. (ci-dessus)

La lettre de demande de naturalisation de Moïse est signée par lui Flacs. Le fonctionnaire qui annote cette lettre écrit : Flacs (Moïse) dit Maurice. (ci-dessus)

Le contrat de mariage établi le 19 janvier 1910 entre Moïse dit Maurice Flacs, fils de Bernard Flacs et Georgette Heimendinger est signé Flacs.

L’acte de mariage établi le 25 janvier 1910 est également signé Flacs mais le nom mentionné dans le texte est chaque fois celui de Flacsu.

L’acte de naissance de Roland Flacsu (acte du 2 mars 1911) est signé par Moïse Flacsu et le nom est toujours celui de Flacsu.

La fiche d’Etat de service militaire a été établie au nom de Flacs Moïse, surnom Maurice.

Enfin, lorsque Georgette Heimendinger, veuve de Moïse, est témoin du mariage de sa soeur Renée le 3 juin 1919, elle est nommée dans l'acte de mariage Georgette Flacs.

Tout ceci me conduit à formuler l'hypothèse suivante :

 

Moïse devait se présenter sous le nom de Flacs. Il savait parfaitement que son nom se prononçait ainsi même s'il était écrit Flacsu.

 

Toutefois l'acte d'Etat civil qui lui a été nécessaire pour sa naturalisation était son acte de naissance avec l'orthographe Flacsu que le traducteur assermenté a reproduite.

 

Lui-même connaissait la prononciation originelle, il la reproduisait partout où les choses se faisaient oralement.

 

C'est aussi ce que faisait Georgette, mais à partir de 1919, ma grand-mère, remariée, utilise son nom d'épouse, Dreyfus.

 

Mais avec la naissance de son fils Roland, qui lui ignorait tout de ces usages, l'orthographe et la prononciation se fixent en France avec le "u" prononcé.